Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 00:46

Une noce en Bretagne.


                                                  Eured a wechall hag eured a-vremañ.

                                                       Noce d'hier et noce d'aujourd'hui.

  Gwechall, dijà, ar peurvuiañ eus an dud a zimeze: ne oa kazi ket kouplad  na oa ket dimezet.  An eured  oa ul lid meur ta.

   Autrefois, déjà, la plupart des gens se mariaient; il n'y avait quasiment pas de couple qui n'était pas mariés. La noce était une cérémonie importante , donc.

  Ret e oa d'an euredeg dazonet ober e c'houlennadenn hag reiñ da c'houzout e vadoù;  en em gavout a rae alies tud an daou zanvez prieded evit oazañ an eured a oa peurliesañ e parrez ar plac'h nevez dazonet. A-wechoù, e c'helle kaout  eno kantadoù a c'houvidi rak ne oa ket ral gwelout dimezoù doub (daou vreur , div c'hoar, ur breur hag ur c'hoar dre skouer). Aozadenn sae ar plac'h nevez 'oa ar bec'h bras gentañ, hini ar plac'hed. An hini all oa renkadur ar friko.

  Le futur marié devait faire sa demande et annoncer ce qu'il avait, souvent. Les parents des deux fiancés  se rencontraient pour organiser le mariage , en général dans la commune de la fiancée. Il pouvait y avoir des centaines de personnes à la noce d'autant qu'il n'étaient pas rare de faire des mariages doubles (deux frères, deux soeurs, un frère et une soeur par exemple) . La préparation du costume de la mariée était la première grosse affaire, celle des femmes.noce-bretonne2.jpg Une autre était l'organisation du  friko.

 

  Deiz an dimezi (alies tre  ur sadorn), en em stumme an dibunadeg   e toull ti ar plac'h nevez ha yae etrezek an iliz. An dud-nevez hag ar bras eus ar gouvidi oa gwisket gant dilhadoù 'giz kozh ar vro. Pa zeue an dibunadeg er maez eus an iliz, dirak mor a dud kurius , evit mont d'an ti-kêr, alies e oa gant sonerien: ur vombard, ur binioù pe un akordeon. An dam vrasañ eus an tud  a c'hortoze dirak an ti-kêr  ma tremene al lid. Neuze, goude-se  e raer ur foto a-stroll. Hag ar foto-se a c'helle kemer kalz amzer! Tud nevez a yafe ober  foto ar c'houblad d'ur predig all...
  War plasenn ar gêr, a-c'houde, ar re yaouank a zañse ouzh son ar binioù hag ar vombard. Ar sonerien a oa a-wechoù kludet war varrikennoù. 

  Le jour du mariage (souvent un samedi) Le cortège se formait au sortir de la maison de la fiancée et se dirigeait vers l'église. Les mariés et la plupart des invités étaient en costumes traditionnels des régions bretonnes. Quand le cortège sortait de l'église devant la foule des curieux  pour aller à la mairie souvent il était accompagné par des musiciens: une bombarde, un biniou ou un accordéon. La plupart des invités attendait dehors de la mairie que la cérémonie se passe. Alors, aprés, on faisait une photo de groupe. Et cette photo pouvait prendre beaucoup de temps. Des jeunes mariés iraient faire la photo du couple à un autre moment.

             Sur la place du village ensuite, les jeunes dansaient la ridée ou la gavotte au son du binioù et de la bombarde. Parfois on voyait les "sonneurs" perchès sur des barriques.

  Stranañ a rae tud an eured en ostalerioù pe dremene eus an eil d'eben ma ne oant ket re niverus. Ret e oa d'ober d'an holl ostalerioù...Goude-se en em zezougen a reer e dibunadeg hag en ur zañsal, en ur ganañ pe an daou etrezek chapeloù ar gêr, ha etrezek lec'hioù ar friko a c'helle bezañ bras tre. Ret eo gwellout  roll-meuzioù bloazioù hanterkant dre-skouer, (memes evit ur c'homunion)!  Penaos  e c'heller debriñ kement-se a glasker gouzout!

 Les invités se répartissaient dans les bistrots ou les faisaientt tous quand ils n'étaient pas trop nombreux. Ensuite on s'acheminait en cortège et en dansant d'une chapelle à l'autre, ou en chantant ou les deux, puis  vers les lieux du friko, qui était souvent énorme. Il faut voir les menus par exemple des années cinquante (même pour une communion)! On se demande comment  ils faisaient pour manger autant!

  Er hanter kentañ ar c'hantved naontekvet, e veze a-wechoù kement tud hag ar friko ' oa er maez. Klazañ a reer an douar  ha pedoù a azeze tu pe du, an treid erfont er c'hlaz, gant  fornelloù bras  o zivogedañ e-kichen...noce bretonne
A-vremañ, n'int ket dimezioù ken renket, ha zo plaenoc'h, dre vras hag espar gant dilhadoù 'giz kozh ar vro. Peurviañ  e c'hwiske ar plac'h nevez ur sae gwenn brav na dalv nemet ur wech, hag ar paotr nevez ur wiskamant-gravatenn. Ul lid a zo alies war-dro peder eur ( d'an iliz pe d'an ti Kêr pe an daoù). En em ober a ra an dibunadeg e kar-tann a gorn lost-a-lost evit sachañ an evezh. Ar pred , fonnapl memes tra, a zo nemet da noz.noce-bretonne4.jpg
 E fin ar pred, bal-dañs an eured a gloz ar fest hag a-wechoù en em astenn an devezh war-lec'h evit ar re nesañ gant adeureg arozet mat...Met an dra -se,   mechañs, a oa dija gwechall hag an adeured moarvat a bade kalz pelloc'h.

 Dans la première moitié du siècle, il y avait parfois tant de monde que le friko avait lieu dehors: on creusait une tranchée et les gens s'asseyaient de part et d'autre, les pieds au fond de la tranchée. de grands fourneaux fumant à côté.
De nos jours, les mariages sont moins systématiques, plus simples (en général) et exceptionnellement en costume traditionnel.  La marièe a une belle robe blanche, souvent, qui ne sert qu'une fois. Le marié un costume-cravate. La cérémonie a souvent lieu vers 16h (église puis mairie ) Le cortège a lieu en voitures qui klaxonnent à la queu leu leu pour attirer l'attention et le repas, copieux quand même, n'a lieu que le soir.
 En fin de repas, le bal de noce clot la fête, qui parfois se prolonge le lendemain pour les  plus proches par le retour de noces, bien arrosé. Mais cela devait déjà se faire autrefois où le "retour" devait même durer bien plus longtemps.
  A-wechall evel a-vremañ, ar jeu a oa da c'hoari kuzh-kuzh etre ar re yaouank hag an dud-nevez evit gouzout e-lec'h   oa gambr ar re-se  evit herzel outo mont da gousket ha d'an nebeutañ ober evañ anezho ar soubenn-ognon...

  Autrefois comme de nos jours, la grosse affaire était le jeu de cache-cache entre les jeunes et les nouveaux mariés pour savoir où était leur chambre, pour les empêcher d'aller se coucher et tout au moins de leur faire boire la soupe à l'oignon...

  Hujen

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Geoffroy de Frahan 30/11/2014 17:43


Exellente idée cette chronique sur les mariages du passé, et un petit trèsor de vidéo.

Tad coz 08/12/2014 11:59



C'était quelque chose que ces mariages!



Présentation

  • : le blog locoven par : Eugene
  •   le blog locoven par : Eugene
  • : à propos de Bréhat/diwar-benn Enez Vriad
  • Contact

Recherche