Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 23:35

  Pa oan ur bugel ha pa oan e pañsion er lise, e c'hwec'hvet pe e pempvet dreist-holl, ma zud a zeue da bizitañ ac'hanon, pedet gant ma dintin Vari hag oa o chom aze. Mont d'ar sinema a felle din, met mont da vale a felle dezho. Ne blije ket din kerzhout ha chomen da droyota a-dreñv dezho. Ma zad oa ganet e Gwengamp, eus tu ar Nort, e Kastel Pik, hag alies e kerzhemp war hentoù war-dro d'ar c'harteriad -se: un dorgenn e oa , gant ur chapel, chapel Sant Leonad. Dre hentoù war ar stern, hentoù strizh ivez, hentoù don e tremenemp hag eus peuz-pep-lec'h hor boa un daolennad dispar, kaer-meurbet ouzh Gwengamp hag e dro-droioù: ar stêr Drev, Pont Ezer, Sant Eganton...A-benn ur c'houlz e paouezen da vouzhat evit selaou ouzh ma zad a gonte din troioù e vugaleaj gant un doare fentus hag entanet. Ankouaat a raen ar sinema!

 Quand j'étais enfant et que j'étais en pension au lycée, en sixième ou en 5ème surtout, mes parents venaient me rendre visite, invités par ma tante Marie qui habitait là. Je voulais aller au cinéma mais eux voulaient aller se promener. Cà ne me plaisait guère de marcher et je restais traîner derrière eux. Mon père était né à Guingamp , du côté Nord, à Castel-Pic, et on allait souvent marcher sur les routes autour de ce quartier. C'était une tertre, avec une chapelle, la chapelle Saint-Léonard. Par des routes en travaux, des chemins étroits aussi, des sentiers encaissés nous passions et de partout nous avions un paysage sans pareil, magnifique de Guingamp et ses environs: La rivière du Trieux,, Pont-Ezer, Saint-Agathon. Au bout d'un moment, je cessais de bouder pour écouter mon père me raconter ses aventures d'enfance d'une manière amusante et passionnée. J'oubliais le cinéma!

 Ma Mamm oa ganet e Plouvagoar eus tu an c'hreisteiz, e Runan-visit, e-lec'h  ma zalc'he he zud  un atant . Hi a yae da livrañ bidoniadoù laezh e kreiz-kêr Gwengamp gant ul lando kozh, pa oa yaouank... Neuze oa ret  deomp da vont ahont a-wechoù ; an dachenn a veze plaenoc'h hag hentoù a veze linennoù hir hag eeun, alies. An tiez-feurm gant ho leurioù a oa niverus en-dro d'ar vourc'h. Rañkontriñ a reemp pourmenerion all hag alies e chomemp a -sav evit komz an eil d'egile. Ma zud a groge da gaozeal e brezoneg adal ma c'hallent: karout a raent se kalz! Me ket: ne gomprenen peuz-netra pa oan yaouank. Chom a-sav ivez en un davarn vihan a blije dezho ivez ( ha komz brezhoneg c'hoazh: komz, kontañ ha c'hoarzhin): pep-lec'h e oa ostalerioù bihan an amzer -se; evel er gêr e oamp , evel e hor c'hegin pe hor sal da zebriñ memes. A-wechoù all e yaemp da visitañ geniterv ma mamm da Bariz Vihan...

Ma mère était originaire de Ploumagoar, du côté Sud, de Runan-visit où ses parents tenaient une ferme. Elle allait livrer des bidons de lait en ville à Guingamp dans un vieux landau, quand elle était jeune... Alors, il nous fallait aller quelquefois là-bas ; le terrain était  plus plat et les routes ètaient souvent de longues lignes droites. Le bâtiments de ferme, avec leurs cours étaient nombreuses autour du bourg. Nous rencontrions d'autres promeneurs et souvent nous nous arrêtions  pour échanger des propos. Mes parents  commençaient à causer  en breton dès qu'ils pouvaient: Ils aimaient beaucoup çà! Moi non! Je ne comprenais presque rien quand j'étais jeune. Ils aimaient aussi s'arrêter dans un petit bistrot ( et parler breton, encore: parler, raconter et rire): partout il y avait des petits cafés à cette époque; comme à la maison on était, comme dans notre cuisine ou notre salle à manger même. D'autres fois, nous allions rendre visite à la cousine de ma mère au Petit-Paris...

 

A-benn ar fin, hor boa tremenet ur pennad mat... Hag hor boa c'hoazh amzer evit krogiñ abadenn  sinema pemp eur; peotramant, ez aemp d'an hini  eizh eur hanter. An diaesañ a veze distriñ d'ar pañsion an tronoz mintin mat...ha gortoz tri pe bevar miz a-raok ma  zeufe ma zud   adarre da welout ac'hanon. Peotramant, e veze AR Bourmenadenn a stroll gant ur "pion" , da gustum , bep Sul, war an hentoù bihan...en-dro da Wengamp! Aotre hor boa memestra da brenañ madigoù e ostalerioù bihan ar maez.

 Finalement, nous avions passé un bon moment... et nous avions encore le temps d'attraper la séance de cinéma de dix-sept  heures; sinon, nous allions à celle de vingt heures trente. Le plus dur c'était de retourner à la pension le lendemain, tôt le matin... et d'attendre trois ou quatre mois avant que mes pârents ne viennet de nouveau me rendre visite. Autrement, c'était LA Promenade  de groupe avec un pion, d'habitude, tous les dimanches, sur les petites routes... autour de Guingamp! Nous avions quand même l'autorisation d'acheter des bonbons dans les petits bistrots de la campagne.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog locoven par : Eugene
  •   le blog locoven par : Eugene
  • : à propos de Bréhat/diwar-benn Enez Vriad
  • Contact

Recherche